La CFDT Fonctions Publiques dans les médias - Février 2021

Publié le 19/02/2021 (mis à jour le 01/03/2021)

... Autant de sujets qui ont animé l'actualité de ce mois de février 2021.

23 février 2021

  • AEF 
Le gouvernement élargit le nombre de concours concernés par la suppression du nombre maximum de candidatures
"Ces textes ne règlent pas l’ensemble du problème de l’égalité des chances et de la diversité de la haute fonction publique, mais ils constituent de vraies avancées", estime Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT fonctions publiques.
En revanche, l’exécutif a rejeté la demande de la CFDT de faire passer de 15 à 30 % le plafond de places dédiées aux élèves boursiers.  Le nombre de nouvelles places créées correspondra à 10 à 15 % du nombre total de places offertes au concours externe des cinq écoles concernées ( ENA Inet EHESP ENSP Enap ), précise le projet de décret.
 

19 février 2021

  • AEF
Cadres dirigeants, FIPHFP, réforme territoriale, CIG petite couronne… au menu des brèves fonction publique de la semaine
La CFDT alerte le secrétaire général du ministère de l'Intérieur sur la mise en place des SGCD.  La CFDT Fonctions publiques a écrit le 18 février "à Jean-Benoit Albertini, secrétaire général du ministère de l'Intérieur pour faire part des difficultés rencontrées par les agents des DDI et des préfectures travaillant dans les Secrétariats généraux communs de département (SGCD) en place depuis le 1 er  janvier 2021", fait-elle savoir sur son site. Rappelant que les organisations syndicales des DDI et des préfectures ont obtenu l’ajournement du groupe de travail prévu le 11 février en l’absence de "document permettant une base de travail constructive", la fédération souligne dans son courrier attendre "des éléments plus qualitatifs" déclinés département par département.

Pointant par ailleurs "des difficultés sur le dialogue social mis en place", la CFDT alerte le ministère sur les difficultés auxquelles sont confrontés les agents dans la mise en œuvre des SGCD : postes encore vacants à ce jour, manque de matériel pour assurer les missions, sites multiples "freinant les possibilités de cohésion des équipes censées travailler ensemble", absence d’agents chargés de la logistique, impossibilité pour les agents techniques d’organiser leur planning d’intervention, interlocuteurs non identifiés… "Cette situation, découlant d’une absence globale d’anticipation, génère souffrance au travail et incompréhension des agents", insiste la CFDT qui rappelle avoir lancé une enquête auprès des agents. Notant que "les nombreuses questions posées par la représentation des personnels en préfectures et en DDI restent sans réponse à ce jour", elle demande au secrétaire général "un dialogue social de qualité avec ses représentants".

  • AEF 
À la veille du CCFP, les syndicats veulent aller plus loin sur l’ouverture des concours de la haute fonction publique
La CFDT Fonctions publiques voit dans ces dispositions une façon d'"éviter une mesure de discrimination positive". "Nous espérons que cela va faire avancer la question de l’égalité des chances. Il y a un meilleur accompagnement avec le doublement de l’allocation diversité et une meilleure répartition à venir sur le territoire des CPI. Mais des progrès restent à faire", analyse sa secrétaire générale, Mylène Jacquot. Son organisation compte proposer de relever progressivement la proportion du nombre de lauréats pour chacun de ces nouveaux concours Talents de 15 % à 30 % du nombre de places ouvertes aux concours externes correspondants, à raison de +5 % par an.
Elle souhaite également sécuriser leur formation en prévoyant une équivalence en université (60 crédits   ECTS ). "Il serait aussi nécessaire que le projet de décret indique explicitement que les candidats peuvent s’inscrire à plusieurs concours", ajoute Mylène Jacquot, plaidant pour qu’un bilan de l’expérimentation soit dressé que les recrutements effectués au titre des années 2022 à 2024.

Quant au projet de décret "portant suppression des limites au nombre de présentations aux concours et examens de la fonction publique", qui ne porte que sur certains concours, la CFDT voudrait voir son périmètre concerner les corps des Mines et de l’Insee.

  • AEF 
Le cap des 50 % d’agents de l’État en télétravail est franchi, se félicite Amélie de Montchalin

Plusieurs organisations syndicales, qui ne cessent d’alerter la ministre depuis le deuxième confinement décrété fin octobre, saluent également ces progrès mais, à l’instar de la ministre, soulignent la nécessité de poursuivre les efforts. "Ces chiffres sont bons mais des progrès restent à faire dans les services déconcentrés. Cela étant dit, il est important de trouver un juste équilibre entre les mesures sanitaires, la situation des agents et les consignes autoritaires", réagit Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT Fonctions publiques.

18 février 2021

Les ordonnances négociation et protection sociale complémentaire publiées au Journal officiel

La CFDT Fonctions publiques se félicite des avancées permises par le texte, après "plusieurs années de revendication pour faire exister le dialogue de proximité et avancer sur l’opposabilité des accords", commente sa secrétaire générale, Mylène Jacquot.

17 février 2021

  • LA GAZETTE DES COMMUNES repris par Capital et AEF

La suspension du jour de carence prolongée jusqu’au 1er juin

Mylène Jacquot (Uffa CFDT) s’est aussitôt fendue de ce tweet : « C’est une mesure positive dans la lutte contre l’épidémie #COVID19, même si c’est une réponse incomplète aux revendications de la CFDT. »  Alors qu’au printemps dernier, lors du premier confinement, ce délai de carence était interrompu pour tous les arrêts de maladie, la suspension aujourd’hui en vigueur ne concerne encore que les arrêts des agents publics testés positifs au Covid-19.

Plus largement, la CFDT a alerté sur la situation des contractuels : « Nous vous l’avions déjà signalé. Et les échanges que nous pouvons avoir avec nos équipes militantes ne portent guère à l’optimisme. Non-renouvellements d’un côté, et, de l’autre, des situations choquantes de CDD de courte durée renouvelés des dizaines de fois ou de pressions sur les contractuels qui confinent au harcèlement [interdiction de pauses, etc.]. »

15 février 2021

  • LE FIGARO 

Fonction publique: la rupture conventionnelle fait des déçus

 «Ce n’était clairement pas dans nos revendications, mais nous nous sommes rendu compte que les agents vivaient comme une sorte d’injustice de ne pas bénéficier de ce dispositif réservé aux salariés du privé», explique Mylène Jacquot secrétaire générale de la CFDT-fonctions publiques. 

  • AEF 

Le télétravail à la peine dans les services déconcentrés de l’État

Lors de cette visioconférence, plusieurs organisations syndicales ont insisté sur la nécessité pour le gouvernement de communiquer régulièrement sur le sujet notamment pour "concilier le besoin des agents de sortir de chez eux et les exigences sanitaires". "Malheureusement, certaines remontées continuent d’inquiéter et les arguments sont difficilement entendables. Il faut donc trouver des solutions : rappeler fermement les obligations et responsabilités des employeurs en matière de santé au travail peut être une voie utile", estime ainsi la CFDT Fonctions publiques qui souhaite également que "des engagements puissent être pris sans attendre sur le financement des accès aux tiers-lieux" afin de permettre aux agents de concilier télétravail, éloignement du domicile et rupture de l’isolement social. Une proposition de loi a été déposée début février par plusieurs sénateurs du groupe RDPI en ce sens

14 février 2021

  • LE FIGARO

Fonction publique: la rupture conventionnelle fait des déçus

Le dispositif ne débarquait certes pas en terrain conquis. Mis en place par Nicolas Sarkozy en 2008 et donc importé du privé où il a fait ses preuves - 3,75 millions de ruptures conventionnelles y ont été validées -, le mécanisme qui vise à faciliter une séparation amiable entre un employeur et son salarié ne soulevait pas l’enthousiasme des centrales. «Ce n’était clairement pas dans nos revendications, mais nous nous sommes rendu compte que les agents vivaient comme une sorte d’injustice de ne pas bénéficier de ce dispositif réservé aux salariés du privé»,explique Mylène Jacquot secrétaire générale de la CFDT-fonctions publiques.

Nous nous sommes très vite rendu compte que les employeurs n’étaient pas du tout disposés à répondre favorablement aux demandes des agents. Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT-fonction publique

  • LES ECHOS

Covid : pour accroître le télétravail, le gouvernement cible les services de l'Etat en région

« Pour avancer, il faut travailler sur la définition des missions télétravaillables », complète Mylène Jacquot, de la CFDT-Fonctions publiques.

12 février 2021

  • AEF 

Mise en place des secrétariats généraux départementaux : les syndicats dénoncent toujours l’impréparation de la réforme

 Afin d’obtenir des remontées qualitatives de la part des agents concernés par cette réforme, la CFDT Fonctions publiques a d’ailleurs lancé sa propre enquête le 10 février . "Toutes les organisations syndicales attendaient ce groupe de travail pour signaler les dysfonctionnements et trouver des solutions pour que le processus se fluidifie", commente Alain Parisot, secrétaire national de l’Unsa Fonction publique chargé de la réforme de l’État et des DDI.

  • AEF 

La CFDT Fonctions publiques lance une enquête sur la mise en place des secrétariats généraux communs DDI-Préfectures

Un peu plus d’un mois après la création, au 1er janvier 2021, des secrétariats généraux communs DDI-préfectures, dans le cadre de la réorganisation territoriale de l’État, la CFDT Fonctions publiques lance une enquête auprès des agents sur les conditions de leur mise en place, annonce l’organisation syndicale ce 11 février 2021. Les résultats seront restitués au printemps et serviront le cas échéant à interpeller les pouvoirs publics.

 

2 février 2021

  • AEF

DDI : le ministère de l'Intérieur prépare une harmonisation de la pratique du télétravail avec les préfectures

Parallèlement à cette mission d’ensemble, un groupe de travail associant les DDI et les préfectures pour lequel les DDI, jugées "exemplaires" en la matière, devrait jouer le rôle de locomotive. Ce groupe de travail doit examiner les points de convergence et de désaccords entre les deux parties pour définir des recommandations et des règles de principes communes en vue d’aboutir au printemps, rapporte la CFDT Fonctions publiques.