Le pouvoir d’achat, priorité de la CFDT !

Publié le 02/04/2015 à 16H15
Depuis 2010, la CFDT dénonce le gel de la valeur du point et son impact sur la dégradation des carrières !

Aujourd’hui, plutôt que de proposer une grève, la CFDT revendique des mesures salariales et propose des solutions dans le cadre de la négociation ouverte par la ministre de la Fonction publique :

  • Des mesures générales : hausse de la valeur du point et/ou attributions de points d’indice à tous ;
  • Transformation en indiciaire d’une partie de l’indemnitaire, sans perte pour les agents, ce qui constitue un gain pour les futures pensions ;
  • Des niveaux de recrutement revalorisés en B et en A, car les qualifications exigées pour être recruté doivent être mieux rémunérées ;
  • Des avancements d’échelon qui permettent de vraies augmentations de salaire notamment en début de carrière !, et qui se fassent à l’ancienneté, donc au même rythme pour tous,
  • Des avancements de grade mieux valorisés car la montée en compétences de chacun mérite d’être reconnue ;
  • Des promotions de corps ou de cadres d’emplois qui reconnaissent les évolutions fonctionnelles et les prises de responsabilités ;
  • Des contraintes de service public mieux rémunérées, par la revalorisation du travail du dimanche et de nuit.

Au-delà de cette seule négociation, la CFDT est exigeante pour tous les agents en voulant :

  • Faire reculer la précarité : un agent sur cinq est contractuel ;
  • Obliger tous les employeurs à participer à hauteur de 50 % à la complémentaire santé : un agent sur cinq n’a pas les moyens de financer sa complémentaire santé et prévoyance ;
  • Valoriser les parcours professionnels, aussi par la formation : deux agents sur trois regrettent de ne pouvoir évoluer professionnellement ;
  • Promouvoir la diversité : un agent sur trois perçoit des discriminations sur son lieu de travail.

S'engager pour chacun, agir pour tous, c’est proposer et négocier pour obtenir des résultats concrets. C’est le choix de la CFDT !

Le traitement net des fonctionnaires en baisse !

La direction générale de l’administration de la Fonction publique (DGAFP) vient de publier ses statistiques sur l’évolution du traitement indiciaire des fonctionnaires de l’État.

En moyenne, en 2013, l’indice de traitement brut-grille indiciaire (ITB-GI) a augmenté de 0,11 % mais l’indice de traitement net-grille indiciaire (ITN-GI) a diminué de 0,34 %.

L’ITB-GI mesure les évolutions liées aux variations de la valeur du point de la Fonction publique et de l’indice minimum (suite à l’augmentation du SMIC) et celles consécutives aux mesures catégorielles qui modifient la grille indiciaire.

Selon les calculs de la DGAFP, l’ITB-GI a progressé de 0,11 %, essentiellement dû aux mesures catégorielles concernant certains personnels de catégorie B qui ont adhéré aux NES en 2013.

En revanche, quand on prend l’ITN-GI, le même indice brut duquel on déduit les cotisations sociales obligatoires, on constate une baisse de 0,34 %. Cela est le résultat de l’augmentation des cotisations retraite (voir retenues obligatoires).

Cette baisse qui ne porte que sur le traitement ne tient pas compte de l’inflation qui pour 2013 s’élève 0,74 %, ce qui aggrave d’autant la perte de pouvoir d’achat.

Les agents territoriaux et hospitaliers sont logés à la même enseigne.

Comme le revendique la CFDT, une augmentation de la valeur du point est nécessaire en parallèle d’une révision des grilles.


TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS