Se moderniser sans renier ses fondamentaux

Publié le 04/12/2012 à 14H25 (mis à jour le 30/01/2013 à 14H30)
La Gazette des communes, 3 décembre 2012

Alors que la notion de service public est essentielle, les valeurs fondatrices de celui-ci sont bousculées par des réformes qui suscitent, parmi les fonctionnaires, une crise de sens aiguë.
L’idée est donc de « revaloriser les valeurs » historiques, tout en y intégrant les nouvelles. Au Royaume-Uni, par exemple, cet objectif passe par les « quatre P » : pride (fierté), passion (passion), pace (rythme mesuré et cohérence) et professionalism (professionnalisme). En prélude à un travail analogue, la ministre française de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, a inscrit à l’agenda social une concertation sur la déontologie et les valeurs. « Chacune des nouvelles valeurs, nécessairement collective, devra être sémantiquement explicitée afin de ne pas contredire les fondamentaux du service public au nom de la logique comptable », prévient Brigitte Jumel, secrétaire générale de l’Union des fédérations des fonctions publiques et assimilés (Uffa-CFDT).