La hausse de la CSG sera-t-elle vraiment compensée pour les fonctionnaires ?

Publié le 15/12/2017 (mis à jour le 19/02/2018)

Libération - extraits - 6 décembre 2017

La première est que le montant de ces indemnités et primes annuelles sera calculé au 1er janvier 2018 sur la base des rémunérations de 2017. «En cas d'augmentation de la rémunération d'une année sur l'autre, plus fréquente qu'une baisse, l'agent sera donc pénalisé», déplore Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT fonctions publiques : «Nous aurions préféré un calcul mensuel.» En effet, la CSG, prélevée mensuellement à la source, est directement liée à la rémunération réelle.

Le deuxième problème, selon Mylène Jacquot, est qu'en l'état, aucune révalorisation de l'indemnité compensatrice n'est prévue après celle de 2019. Ainsi, au-delà de cette date, un agent dont la rémunération augmente continuera de payer 1,7 point de CSG supplémentaire sur une rémunération croissante... mais ne verra pas évoluer l'indemnité compensatrice (calculée sur son ancienne rémunération). La compensation serait donc dégressive dans le temps.